PLUSIEURS SOCIETES DANS LA TOURMENTE

Première victime connue: PMU Madagascar. Le Pari Mutuel Urbain qui fait la joie des turfistes subit actuellement un contrôle fiscal. La société devrait payer à l’Etat une centaine de milliards de taxes (chiffre récusé par la direction de PMU qui estime qu’elle est en règle et que la base de calcul des agents du fisc a été faite sur des bases erronées). La contre expertise demandée par PMU est actuellement étudiée par le service des impôts.

Selon certaines indiscrétions proche du pouvoir et rapportées par la presse, les dirigeants du PMU sont accusés d’avoir de mèche avec l’ancien régime. Sophie Ratsiraka fille aînée de l’ancien président de la république Didier Ratsiraka avait édité un hebdomadaire du PMU.

Autre victime, Injet et ses panneaux trivisions. Cette jeune société versée dans les panneaux publicitaires avaient du démanteler ses nouveaux panneaux trivisions. Un petit scandale du reste. Elle a eu l’autorisation de le faire mais lorsque les panneaux ont été posés, la commune lui a demandé de les retirer. Motif: ils cachent la vue des riverains !!!

Une autre société très en vue et installée à Madagascar depuis des années se trouverait indirectement dans la tourmente. Il s’agit des Brasseries Star de Madagascar. Plus précisément, son nouveau Directeur Général, selon la presse, est actuellement enquêté par la police pour une affaire le concernant à Toamasina. Cette société est la concurrente de Tiko car elle approvisionne le marché local en boissons hygiéniques, minérales et gazeuses.

Autre société dans la tourmente, et cette fois-ci plus grave car elle risque de déboucher sur une crise diplomatique entre Maurice et Madagascar, la société pétrolière Galana (NDLR :lire notre éditorial du jour) est accusée de provoquer une pénurie artificielle de carburants et de non rapatriements de devises.

Tout cela ne donne pas une image reluisante de la sécurisation des investissements à Madagascar. Toutes les sociétés créées sous le régime de Ratsiraka expriment leur inquiétudes. Pas ouvertement certes mais ces affaires ne sont pas de nature à rassurer les gros investisseurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *